Vegetarian, omnivore, organic, locavore: the environmental impact of our food decrypted

Vegetarian, omnivore, organic, locavore: the environmental impact of our food decrypted

Readability

A A A

First episode of our special issue dedicated to responsible eating! What is the environmental impact of our diet? Global warming, soil pollution, water contamination… Agriculture and food production have enormous impacts on our planet. But how can we reduce the carbon footprint of our diet? Which diet is the “eco-friendliest”? Which one will most protect the environment and the planet? Deciphering in depth, beyond wisdom.

In the face of all the environmental problems affecting the planet, we are increasingly aware of the role we must play in protecting nature. Among the daily actions we do for the environment, one counts more than the others: the way we eat. Our diet is one of the areas with the strongest environmental impacts. In order to produce food on an industrial scale, land is required, on which fertilizers, pesticides, herbicides, and fungicides are often used. It takes machines to harvest crops, vehicles to transport food, and conserve it. In total, it is estimated, for example, that the food sector (the entire chain) could account for up to a quarter of human greenhouse gas emissions.

Virtually every food we consume has contributed to both the use of chemicals, occupying soils, and emitting greenhouse gases. When we consume food, we have a responsibility to the planet and the environment. But how can we eat better if we want to avoid destroying the environment? We will describe for you the different diets in order to better understand their environmental impacts.

Is the vegetarian diet better for the planet?

vegetarian climate change environmental impact

In terms of environmental impacts, it is often said that the vegetarian diet is less harmful. Producing meat has a huge environmental impact, especially for sheep and cattle. Firstly, because producing 1 kg of meat has a higher environmental cost than producing, for example, 1 kg of potatoes. To produce 1 kg of beef, you must feed the livestock, so grow its food (cereals, hay, or other) and use water. You need to use space and in particular soil. It is then necessary to transform the animal into consumable meat (slaughter, cutting, processing, packaging…). All this contributes to the emission of greenhouse gases and certain pollution. For the potato, it is enough to plant it, to water it, and to give it certain nutrients (fertilizers for example).

In addition to this, livestock produce greenhouse gases themselves. Thus, it is estimated that an American cow raised for its meat emits between 70 and 120 kg of methane every year, the effect of which on global warming is 23 times stronger than CO2.

The carbon footprint of a vegetarian diet is therefore generally considered to be lower than that of a carnivorous diet. A study by Shrink That Footprint studied five diets: the “Meat lover”, the average American diet, the beef-free diet, the vegetarian diet, and the vegan diet. The results? Vegetarian and vegan diets are those with the lowest carbon footprint, with 1.7 and 1.5 tons of CO2 equivalent emitted per year per person, respectively. At the same time, “meat lovers” emit 3.3 tons of CO2 equivalent per year per person, twice as much as the vegan diet. On the other hand, by simply removing beef and lamb from their diet (while keeping other meat and animal products), the carbon footprint lowers  to around that of a vegetarian diet, with 1.9 tons of CO2 equivalent emitted per year per person.

foodprint vegetarian omnivore meatWhy are things not as simple when it comes to the environmental impact of food?

The reason is, in terms of food, because data does not always show the concrete and global reality. Thus, most of the studies on the environmental impact of food are based on data from the United States, which in turn guides their results. For example, in the United States, 125kg of meat is consumed per year per person according to the FAO. That’s 20% more than in France. Americans also consume 53 kg of beef per year per person, compared to “only” 23 kg in the European Union. The comparison of diets will therefore be different if adapted to the geographical context.

Similarly, the calculation of the environmental footprint of meat production refers to US farming practices, where livestock are raised primarily from cereals and soybeans. And yet, soybean and cereal farming would significantly increase methane emissions from cattle: livestock raised on natural herbs, rich in Omega-3, would emit up to 20% less methane than conventional livestock. And growing grass does not emit CO2. In France, 60% of cattle feed is made up of grass. The carbon impact of 1 kg of beef in France is therefore much lower than that of 1 kg of beef in the United States.

Moreover, it is impossible for these studies to take into account all the criteria involved in the carbon impact of food. For example, for soils, it is now known that pasture-raising is better than cereal or vegetable crops in climatic terms, since it contributes to the development of grasslands, which absorb CO2. Concretely, 1 hectare of pasture dedicated to livestock greatly reduces atmospheric CO2, while 1 hectare of crops increases it slightly. However, this data is never included in environmental impact assessments.

Finally, if we consider factors other than CO2 (such as soil, water, and biodiversity pollution), things are still complicated. For instance, fruit, vegetable, or cereal crops can be very harmful to the environment because of the use of pesticides, herbicides, and other fungicides that destroy biodiversity, and pollute soil and water. On the other hand, the production of certain vegetables (cucumbers, lettuce, celery…) requires large quantities of energy and water, which makes the calculation even more complex. And all this does not take into account deforestation induced by certain crops like soybeans, or monoculture.

environmental impact of meat

So, which diet will most protect the planet?

If one tries to sum up all the studies that are done on the subject of the environmental impact of different diets, it is much harder to say which “diet” is the best for the planet. Depending on the origin of the products consumed, the culture or breeding technique used, the quantity consumed, very different results can be obtained. Thus, a vegetarian diet rich in soy and vegetables can be more harmful to the planet, with equal calories, than a diet containing a little meat, if it is raised under good conditions (pastures, organic food). Conversely, an omnivorous diet containing a lot of industrially-grown beef will have far deeper environmental consequences than a vegetarian, organic, and locavore diet.

It is therefore impossible to decide, but there are some key points to be learned in order to better understand the environmental impact of our diet and to choose a diet that better protects our environment.

  • Beef and lamb are among the most harmful foods on the planet, especially when they are grown industrially (cereal food, no pasture). For an eco-friendly diet, they are to be avoided and reduced, like meat in general. In fact, reducing your consumption of beef has more impact on the environment than no longer using your car.
  • Pasture-grazing meat makes it possible to reconstitute soils and their ability to store carbon: these are the sources of meat to be favored. Chicken and fish also have a significantly lower environmental impact than sheep or cattle on the planet. If you eat animal products, these are the ones you must choose first.
  • Vegetables and cereals have a lower overall carbon impact than meat or dairy products. Nevertheless, some vegetables have a relatively strong impact. For example, to produce 1 kg of potatoes, 2.9 kg of CO2 is emitted, and to produce 1 kg of asparagus, 3.4 kg of CO2 are emitted. If vegetables are not organic, their impact can also be very strong on biodiversity and soil quality because of chemical inputs.
  • It all depends on how much you consume. Thus, to consume 600 calories of potatos (the most energetic vegetable), it would be necessary to eat more than 780 g, and this would emit about 2.3 kg of CO2. To consume 600 calories of pork spine, it is necessary to eat only 200 g for “only” 600 g of CO2 emitted in the atmosphere.
  • Beware of the fruits and vegetables you consume: soybeans and vegetables rich in water such as tomatoes, cucumbers, or zucchinis need a lot of energy and water to be produced in industrial quantities and are sometimes associated with deforestation. Similarly, blueberries or bananas are fruits with a high environmental impact. It is therefore preferable to consume them only occasionally, when in season.
  • Legumes (lentils for example), on the other hand, are very “sober” in environmental terms, because they require little water, little energy, and emit little CO2. They must be part of any eco-friendly diet.
  • Seafood products have widely varying environmental impacts: overfishing or intensive fish farms pose many problems in terms of biodiversity in particular. Care should be taken to consume them only in season and to avoid endangered species. On the other hand, when fish stocks are well managed and products are reasonably consumed, seafood is a relatively environmentally friendly alternative to proteins such as beef in environmental terms. For more information on the consumption of seafood, do not hesitate to consult articles by our marine world expert, Niels de Girval.
  • The way in which your food is produced is as important as the type of food you eat: use local food to avoid the effects of transport, production limiting chemical inputs, meat/eggs/dairy products from animals raised under good conditions (pasture-raised, without antibiotics…).

The ideas received are sometimes very complex in terms of the environmental impact of our diet. Studies are contradictory, and it is difficult to disentangle the truth from what is false. In the end, it is often common sense that an industrial product is almost always more harmful to the environment than locally produced food, through healthy and non-intensive agricultural practices. And this is good, since it corresponds to the expectations of consumers, who, in our latest study, plebiscitated a more extensive and reasoned agriculture.

So, are you ready to start an eco-friendly diet?

 

  • Nco

    L’initiative est super. Le problème est que l’article est trop long là où il pourrait être simple à lire. Pour ma part j’aurai bien aimé voir un tableau récap qui donne natures et niveau d’impacts pour les différents mode de consommation.

    • Clément Fournier

      Bonjour ! Merci de votre retour. En effet l’article est long et c’est justement le parti pris. Il existe déjà beaucoup d’articles qui posent des conclusions lapidaires et simplificatrices sur cette problématique.

      L’objectif ici était d’aller au-delà des simplifications, et justement de montrer qu’on ne peut pas donner de réponse simple à la question. Tout dépend de l’origine des produits, de leur méthode de production, de la façon dont on les consomme… Cependant, la dernière partie de l’article donne des réponses pour pouvoir soi même se construire une diète plus écolo !

  • Sushipoups

    Est-il pris en compte que la monoculture du soja est principalement destinée à la nourriture des animaux d’abattoirs ?
    Et est-il pris en compte ou étudié, le végétalien qui mange locavore et bio ?
    Car si on devient végétalien (voire végan), il est judicieux de pousser la logique un peu plus loin.

    • Clément Fournier

      Bonjour,

      Oui ces données sont prises en compte, et c’est d’ailleurs le fondement de cet article : montrer que les choses sont plus simples que les oppositions que l’on entend généralement sur le sujet.

      Concernant la déforestation et le soja, c’est en réalité beaucoup plus complexe que ça. Beaucoup de chiffres circulent sur ce sujet sans qu’aucune étude claire ne soit jamais donnée en source. Voilà ce que l’on sait exactement à propos du soja :

      Les USA sont les premiers producteurs mondiaux de soja, mais aussi les premiers producteurs mondiaux de viande. D’après l’association américaine des producteurs de soja, 80% de la production nationale est effectivement dédiée à l’alimentation animale. Or la production de soja des USA n’induit pas de déforestation. (https://soygrowers.com/issues-pages/other/animal-agriculture/)

      La Chine est le premier importateur mondial de soja. D’après les professionnels du secteur, la Chine importe 61% du soja mondial, en majorité en provenance du Brésil (la Chine est le premier acheteur de soja brésilien). Or le soja brésilien est la première cause de déforestation en Amérique Latine. Cependant, la Chine ne produit que 10% de la viande de boeuf sur le marché mondial.

      Avec ces chiffres, on voit qu’il est difficile de lier la déforestation causée par le soja à un usage ou un autre. Il est impossible que les 61% du soja acheté en Chine soient entièrement utilisés pour produire seulement 10% de la viande de boeuf mondiale. Même si une partie est aussi utilisée pour le porc (dont la Chine est premier producteur) Une part importante du soja est aussi utilisée pour produire des huiles, des produits composites utilisés dans l’industrie agro alimentaire (lécithine…) mais aussi des agro-carburants.

      Dans tous les cas, la production de soja est hautement négative en termes d’impact environnementaux, quel que soit son usage final.

      Pour le reste, il semble évident qu’une diète végétalienne, locavore, bio, voire autosuffisante sera la moins négative en termes environnementaux à l’échelle individuelle. À l’échelle mondiale c’est autre chose.

  • Antoine

    Bonjour,
    Il est dommage que l’agriculture biologique soit peu mentionnée dans votre article. En prenant en compte les émissions directes et indirectes, la bio nécessite beaucoup moins d’énergie car elle ne consomme aucun produits phytosanitaires ou engrais chimiques, souvent dérivés du gaz et du pétrole, et qui nécessitent d’importantes quantités d’énergie pour être produites. Les données de l’Agence bio ou de l’INRA par exemple pourraient vous aiguiller sur ce point.
    Et attention au fantasme du local : je vis dans les Hauts-de-France et ici l’agriculture “locale” est très intensive en produits chimiques. Et si elle est locale, la part dédiée au circuits courts est très minoritaire.

    • Clément Fournier

      Bonjour !

      En effet, le bio n’est pas beaucoup évoqué car l’agriculture bio fera l’objet d’un autre article dans notre dossier alimentation bientôt. Là encore la problématique n’est pas si simple en termes environnementaux car l’occupation des sols, l’utilisation d’eau et d’autres problématiques sont sensiblement différentes en bio.

      Cela mérite donc son analyse !

      Concernant le local, effectivement lorsque j’en parle il faut comprendre “toutes choses égales par ailleurs”. Une girolle bio canadienne sera toujours plus nocive pour l’environnement qu’une autre girolle bio récoltée à 50 km du lieu de consommation !

      • Julie7

        Bonjour, pour reprendre votre exemple, est-il préférable de manger une girolle bio du Canada ou une girolle non bio produite à 50 km ?
        Mon ami et moi avons des avis divergents sur la question, je suis donc intéressée par la réponse 🙂 Merci !

        • Clément Fournier

          Tout dépend du problème que l’on regarde.

          Si on cherche à lutter contre le changement climatique, alors je dirais qu’il vaut mieux choisir la girolle non-bio produite à 50 km. Pourquoi ? Parce que la girolle est un produit fragile. Il est donc probable qu’elle ait traversé l’Atlantique en avion pour rejoindre nos étals, plus le trajet en camion depuis l’aéroport. Donc sur le total d’émissions de CO2, il est probable que la girolle canadienne soit plus nocive malgré l’absence de pesticides éventuels.

          Si en revanche l’objectif est de lutter contre la contamination des sols, alors il faudra sans doute choisir la girolle bio canadienne car elle n’utilise probablement pas de pesticides d’origine chimique. Mais il faudrait encore voir quelles sont ses conditions de production, car bio ne veut pas forcément dire propre (notamment car les pesticides naturels sont autorisés, et qu’ils ne sont pas forcément bons pour l’écosystème, c’est le cas par exemple du sulfate de cuivre).

          Ensuite, on peut encore prendre en compte d’autres paramètres : quels emballages ? Quelles conditions de vente (réfrigération ou non, sont-elles vendues dans la même épicerie ou devez vous rouler 10 km de plus avec votre voiture pour aller acheter l’une ou l’autre ?). Bref sans données définies sur tous ces paramètres on ne peut pas donner de réponse.

          Mais d’une manière générale, acheter un produit bio mais qui vient de l’autre bout du monde, c’est pas terrible du point de vue du réchauffement climatique. Et acheter non bio mais local, c’est pas forcément génial du point de vue de la pollution locale (tout dépend de quel “non bio” on parle).

          Après, pour rester très pragmatique, généralement les girolles sont des champignons sauvages. Donc elles ne peuvent pas être bio ou non bio, puisqu’elles ne sont pas cultivées ! (j’aurais du choisir un autre exemple initialement).

          • Julie7

            Merci pour cette réponse. En d’autres termes, nous devons nous mettre d’accord sur ce qui est important pour notre vision de la consommation… et notre vision de la planète. Je reste partagée tout de même entre un choix de produits ‘bio d’espagne (transport par la route)’ et ‘non bio de proximité’ (sans parler d’élevage extensif) mais utilisation de pesticides… Sachant que le bio d’Espagne (exemple des légumes) est qq fois le résultat d’une chauffage de serre et donc d’utilisation d’énergie…
            Quelle galère ! Pas évident de ne pas ‘mal faire’ et de ne pas ressentir de culpabilité!

  • Sam

    Bonjour !

    Bon article, destiné à un public assez large, c’est sympa.

    Il n’y aurait pas une faute à nutriments ? “Pour la pomme de terre, il « suffit » de la planter, de l’arroser et de lui donner certains nutriment (engrais par exemple).”

    Et bonne journée, Sam

    • Clément Fournier

      Bonjour !

      Merci de votre oeil de lynx ! La faute est corrigée !

  • titelle

    Bonjour,
    Pour savoir ce que coûte réellement notre régime (végétarien ou omnivore) il faudrait savoir l’impact des emballages (production et traitement après consommation) et des transports. Est-ce que vos chiffres incluent ces postes là? Je n’ai aucune idée du coût de CO2 généré pour une barquette en plastique, ni pour une importation de bananes… est ce que ça changerait beaucoup les chiffres avancés dans votre article?

    En lisant votre article, j’ai bien compris que tout n’est pas blanc ou noir mais concrètement à part manger des lentilles, je ne suis pas trop aidée pour prendre de bonnes décisions car il se concentre surtout sur ce qu’il faut éviter.

    • Clément Fournier

      Bonjour Titelle !

      Pour commencer, sachez que je prévois d’écrire bientôt d’autres articles sur ces sujets (les emballages alimentaires et le transport). Cela vous éclairera sans doute encore mieux :).

      Pour vous donner un premier élément de réponse : sachez qu’en moyenne, la production d’un aliment représente 83% de son empreinte carbone. Cela signifie que la partie “vente” (emballages, stockage) et la partie “transport” représentent à elles deux moins de 17% de l’empreinte carbone d’un aliment.

      Donc effectivement, ce n’est pas négligeable, mais ce n’est pas non plus décisif. On pense souvent (à tort) que c’est le transport des aliments est ce qui pollue le plus, alors qu’il représente seulement 11% du CO2 émis en moyenne pour un produit alimentaire. Et c’est en fait assez logique compte tenu des conditions de transport qui permettent des économies d’échelle. Pour reprendre l’exemple que vous donnez (les bananes) : celles si sont transportées par cargo, et les plus gros cargos peuvent contenir jusqu’à 800 millions de bananes. Si on divise la pollution induite par le cargo par le nombre de bananes, le chiffre est minime.

      C’est à cause de ce phénomène que parfois, du point de vue climatique et environnemental, il est plus intéressant d’importer un produit que de le faire pousser localement. C’est le cas par exemple pour les tomates espagnoles qui sont plus “rentables” du point de vue environnemental que les variétés locales en Europe du Nord.

      Au final si on veut vraiment réduire son impact environnemental avec son alimentation, les bonnes décisions sont les suivantes : choisir (si besoin) des viandes à faible impact (poulet, porc…), des légumes de saison, privilégier les légumineuses, etc… mais le plus important c’est de ne pas gaspiller ! Car quel que soit ce que l’on mange, c’est presque toujours le gaspillage alimentaire qui entraîne le plus de pollution.

  • john johnson

    Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant.
    J’ai juste une petite objection sur le pâturage. Effectivement, les prairies peuvent agir en tant que puits de carbone, mais il me semble qu’au bout de quelques dizaines d’années, ce pouvoir de captation s’arrête. Aussi vous ne parlez pas de l’empreinte écologique du pâturage: si les émissions carbonées sont moins importantes voir négatives, il faut reconnaitre qu’ils prennent beaucoup d’espace!
    J’ai fais un très rapide calcul (je sais pas si il est crédible), mais avec 0,5 bovins par ha, 300kg de viande produite par carcasse et un abatage au bout de 3 ans, on arrive à produire 50kg de viande /ha de pâturage, contre un rendement de 1400kg de lentilles produites à l’hectare. Du coup est ce que vous pensez qu’au niveau de la biodiversité, un pâturage et une foret se valent ?

    • Clément Fournier

      Bonjour et merci du retour !

      De ce que j’en sais, je ne vois pas pourquoi le pouvoir de captation s’arrêterait. Le principe même du pâturage holistique pour la capture du carbone est d’ailleurs justement de renouveler en permanence le pouvoir de capture des sols en les entretenant en permanence : une prairie pousse, elle est broutée et alimentée en matière organique et en vie biologique par les déjections des vaches (qui du même coup produisent moins de méthane que si elles étaient nourries aux céréales), et repousse l’année suivante de façon à ce qu’il y ait un cycle qui fonctionne en permanence. Donc à priori je dirais que ça ne s’arrête pas au contraire. Mais si vous avez lu cette info quelque part je prends !

      Concernant l’espace vous avez en partie raison et votre calcul me semble crédible. Toutefois, il faut garder à l’esprit plusieurs points.

      Un point nutritif d’abord : 1 kg de lentille contient 90 grammes de protéines. 1 kg de viande de boeuf en contient 260 en moyenne. Il faut donc manger 3 x plus de lentille pour obtenir la même quantité de protéines qu’avec le boeuf (qui contient aussi d’autres nutriments utiles qu’on ne trouve pas dans les lentilles). Sachant en plus qu’en théorie si l’on veut un apport complet en protéines il faut coupler ces lentilles à des céréales. C’est une nuance mais qu’il faut garder à l’esprit car du coup on ne peut pas comparer simplement 1kg de boeuf à 1kg de lentilles.

      Ensuite, un point géographique ou géologique si l’on veut. En théorie le pâturage se fait sur des zones soit nutritivement pauvres, soit dans des zones où les cultures sont relativement complexes. C’est la raison pour laquelle historiquement, beaucoup de pâturages se font en montagne dans des zones où de toute façon vous ne ferez rien pousser. Bien évidemment, s’il s’agit de déforester des régions riches pour y faire pâturer des vaches, l’intérêt écologique est nul ! Ce qui serait intéressant du point de vue écologique c’est de valoriser des terrains qu’on ne peut pas utiliser autrement (les pâturages montagnards historiques en sont un exemple) pour y faire paître des animaux.

      Dernier point, par rapport à votre question sur la biodiversité : en effet les forêts sont des hotspots de biodiversité importants, mais les prairies sont l’habitat d’une biodiversité riche également (quoi que souvent moins visible et moins facile à évaluer). Mais comme je le disais précédemment, l’idée n’est pas de remplacer un habitat par un autre. Les prairies existent dans la nature, et naturellement des animaux y vivent en pâturage (c’était le cas des bisons aux Etats-Unis). L’idée du pâturage planifié est simplement d’utiliser ces zones naturelles pour les valoriser. Bien sûr cela implique de réduire énormément notre consommation de viande et surtout de changer de regard sur cette consommation car nous ne disposons pas sur terre d’espaces de pâturage naturels suffisamment importants pour soutenir notre consommation actuelle.

      Et pour finir, on prend toujours l’exemple du boeuf car il est le plus extrême mais il existe de nombreuses formes d’élevage et de pâturage qui sont moins intensives que le boeuf. Le porc bellota est un bon exemple de filière d’élevage réhabilitée et qui n’implique ni déforestation, ni régime alimentaire intensif à base de cultures céréalières et qui en plus contribue à valoriser et préserver les écosystèmes de forêts de chênes locales. Mais on peut en citer de nombreux autres, basés sur l’élevage de races rustiques adaptées à leur écosystème (boeuf highland par exemple, agneau de sisteron en élevage extensif, etc…).

      Donc on ne peut pas comparer en réalité, ce sont des écosystèmes différents avec des rendements différents et une utilité écologique différente. Ils ne sont pas substituables et du point de vue écologique l’idée est plutôt de les combiner !

      • Ardevep

        “Petite” correction capitale : 1kg de lentilles CUITES apporte 90g de protéines, mais 1kg de lentilles sèches (les 1400kg à l’hectare cultivé) apportent entre 250 et 300g de protéines.
        La qualité des protéines a une importance plus limitée qu’on voudrait le faire entendre : si on compare lentilles et viande, les protéines des lentilles seront absorbées à hauteur de 85 à 90% (ce qui reste très faible il me semble), et comme vous l’avez expliqué, la combinaison céréale/légumineuse (lentilles+riz=régal) permet de mieux absorber ces protéines.
        Finalement, les paturages c’est bien, mais en France par exemple, moins de 60% de l’alimentation des bovins provient de ceux-ci (y compris fourrages stockés), ce qui laisse au moins 40% en apports externes de soja et autres grains essentiellement importés dans des pays (Brésil, Bolivie…) où déforestation il y a.

        Pour prendre un plus de recul et valider votre propos, 19 millions de bovins sont élevés sur le territoire français pour répondre à la demande. En élevage extensif (paturage, fourrage), il faut 1 hectare par vache, ce qui représenterait 190 000 km² (1/3 de la surface totale en France). d’où une nécessité de la réduction de consommation de boeuf si l’on souhaite améliorer la qualité de cet élevage.

      • christophe chereau

        merci de rétablir une part de verité

    • christophe chereau

      bonjour je suis agriculteur sur 75 ha 0610791942
      j’ai une ferme “paléo”
      j’ai trois brebis par hectares (0.6 de chargement) je produits 75 kg de viande sans foin (100% paturage ) avec 150 litres par an par hectares ( ruisseau ou pluie) mais…je fais du mob grazing (paturage des gnous et ou des bisons)
      j’ai aussi des fruitiers à fruits et à coques dans ma prairie qui est aussi un verger
      et je fais des légumes (courges, mais, haricot) entre certains arbres
      VIVE LA PERMACULTURE ET SURTOUT
      LE REGIME PALEO

      Est ce que les gens auront un jour le courage de dire que c’est possible
      …pour nos enfants
      …pour la planète

  • François Tariel

    Extrêmement intéressant, en tant que presque-végétarien je vais re-réfléchir à la question.

  • Ardevep

    Il y a des critiques à faire sur cette étude que personne n’a faites jusqu’ici :
    l’article se repose sur des points purement théoriques, qui dans la pratique sont très différents :
    – D’abord, comme indiqué dans la légende du graphique, le gaspillage est pris en compte : il s’agit de calculer une alimentation moyenne de 2600 calories en prenant en compte le gaspillage (très important), mais sans considérer le fait que le gaspillage n’est pas équivalent dans tous les régimes (3900 calories est pris comme référence).
    Pourquoi y aurait-il des différences ?
    Dans le cas d’un régime comprenant des produits animaux (laits, viande, poisson, oeufs), la conservation est particulièrement importante, et les produits ont une péremption très rapide (mes parents viennent de vider 2 congélateurs et frigos de nourriture à cause d’une coupure de courant). De même pour les fruits et légumes, qui sont souvent négligés. Il y a donc pour ces produits beaucoup de gaspillage à toutes les échelles (production, transformation, transport, consommation).
    Dans le cas d’un régime végétalien, la principale source de gaspillage provient des fruits et légumes, mais qui eux sont au coeur de l’alimentation, et qui donc sont moins négligés à l’échelle du consommateur (il reste cependant l’étape de production).
    Considérer le même facteur de gaspillage 3900/2600=1,5 pour les trois régimes me semble donc peu pertinent.
    – Dans une moindre mesure, on peut argumenter sur la quantité de calories ingérées selon les régimes : il est en effet plus difficile de manger la même quantité de nourriture dans un régime végétarien ou végétalien avec autant de fruits et légumes que dans un régime qui en contient peu. (à voir)
    – Comme évoqués dans l’article, il y a des critères absents concernant le mode de culture : si vous avez un régime végétalien, mais que vous achetez tout hors saison cultivés sous serre chauffées, vous dépasserez rapidement l’empreinte carbone de tout autre régime, qui comprendrait une grande part d’agriculture biologique.

    En dehors de ce graphique, il aurait été pertinent de voir dans l’article l’impact sur le sol des différents régimes, pour pouvoir répondre plus pertinemment à la question “Alors, quel régime choisir pour protéger la planète ?”.
    Je n’ai pas de chiffres en tête, mais entre un régime végétalien, et un régime qui contient beaucoup de boeuf, on peut certainement avoir un facteur 10 en terme de surface nécessaire.

    PS pour les lecteurs: tous les végétariens/végétaliens ne consomment pas du soja.

    • Clément Fournier

      Bonjour !

      Globalement assez d’accord avec l’analyse sauf sur un point : le gaspillage. En réalité, la viande fait partie des produits les moins gaspillés dans le monde à l’heure actuelle, notamment car on dispose de modes de conservation de plus en plus performants. Ainsi, d’après la FAO, les aliments les plus gaspillés sont : les légumes, les fruits et les racines (pommes de terre) dont 40 à 50% sont gaspillés, les poissons dont un tiers environ est jeté, les céréales dont 30% sont jetés, et enfin la viande, les laitages et les huiles dont 20% sont jetés.

      En toute logique, il y a donc plus de gaspillage dans un régime végétarien que dans un régime omnivore en proportion. Et même si l’on a pas cette impression en tant que consommateur, c’est le cas puisqu’une bonne partie du gaspillage a lieu sur la phase de production et de transport. Et puis, je ne sais pas vous, mais moi il m’arrive parfois (rarement) de jeter une salade que j’ai oubliée au frigo… un poulet ? Ça n’arrive jamais.

      Bonne journée !

  • Cyril Bret

    “Les produits de la mer ont des impacts environnementaux très variables :
    la surpêche ou les poissons d’élevage intensifs posent des problèmes
    nombreux au niveau de la biodiversité notamment. Il faut bien veiller à
    ne les consommer qu’en saison et à éviter les espèces menacées”
    Je suis personnellement plus prompt à me soucier des individus que des espèces elles-mêmes. La disparition des espèces, s’il faut y prêter une vigilance toute particulière, reste commune dans l’histoire de la planète. La torture des individus, à l’inverse, est principalement du ressort de l’humanité : on tue plus d’animaux terrestres en un an qu’il n’a jamais existé d’humains sur cette planète. Question de point de vue…

    “En revanche, lorsque les stocks halieutiques sont bien gérés et que les
    produits sont consommés de façon raisonnée, les produit de la mer
    représentent une alternative relativement écologique aux protéines
    telles que le boeuf en termes environnementaux.”
    …aux protéines “animales” telles que le boeuf… il est toujours utile de systématiquement préciser “animales” pour ne jamais sous-entendre que les protéines sont forcément carnées. C’est déjà assez compliqué à faire comprendre à nos concitoyens, chaque petit oubli de ce genre participe à une désinformation généralisée sur le sujet

    Sur le soja, oh my god… 95% de la production de soja est destinée aux animaux ! Et ce soja là est OGM, au contraire du soja que nous consommons directement (soja bio du sud est de la France par ex). Ah la la, soyez précis svp
    Il y a juste plus de 1 000 milliards de vies de souffrance en jeu !