10 of the most popular foods are also the worst for the environment

10 of the most popular foods are also the worst for the environment



It is common knowledge now that our diet has a very strong impact on the environment. Agriculture contributes nearly 30% of global greenhouse gas emissions, and pesticides and fertilizers used to grow our food are largely responsible for pollution and havoc on ecosystems. But just what are the worst foods in environmental terms? At the risk of scaring you, most of your favorite foods are probably among the worst!

Let’s see which of our 10 favorite foods have the worst impacts on the environment. 

The 10 Worst Foods for Our Planet

1. Sugar: the worst crop for the environment?

Sorry to those with a sweet tooth, but your addiction comes with severe environmental consequences. According to a study by WWFsugar is among the crops most harmful to the planet. By replacing habitats rich in animal, plant and insect life, sugar plantations destroy the most biodiversity in the world. In addition to its intensive use of water and pesticides, the cultivation of sugarcane and sugar beet also causes erosion, such that Papua New Guinea, whose soil used to grow sugar cane, has lost 40% of its organic carbon content, carbon which is now in the atmosphere and contributing to global warming.

In short, intensive sugar production is a real disaster for the environment, and according to WWF it is time to think about a more sustainable sugar culture, including significantly reducing our consumption, as diabetes and obesity is becoming a growing problem as well.

2. Chocolate

environmental impact chocolate

Yes… chocolate too! The Theobroma cacao tree is a very complicated plant that grows only in certain areas around equatorial forests. It requires a lot of water (2,400 liters of water to make 100 g of chocolate) as well. As a result, cacao cultivation puts a lot of strain on natural ecosystems. In recent years, with the incredible increase in demand for cacao, prices have rocketed. As a result, more and more small-scale producers are adopting planting cacao, abandoning their traditional crops and, above all, destroying the equatorial forests in doing so. And deforestation in these areas (Côte d’Ivoire, Ghana, Indonesia) of course affects local biodiversity too.

But that’s not all! The chocolate you taste (especially processed industrial chocolate), has undergone dozens of transformations before it came into your hands: fermentation, roasting, grinding, and adding milk, vegetable fats, sugar, or soya lecithin and other emulsifiers. All these processes considerably increase the environmental impact of your chocolate.

The solution? Avoid industrial chocolates and turn to real chocolate craftsmen, who sometimes manage their bean purchasing closely. What you get? A reasonable means of production and a result sans additives. On the flip side, bigger players in the industry are also starting to consider ecology in their production process. Brands like Mars, Blommer, and Hershey have committed to using only certified cocoa by 2020.

3. Coffee

Coffee’s story is similar to chocolate’s. It is grown in areas of very sensitive forests and ecosystems rich in biodiversity. In theory, coffee is a plant that grows under the shade of trees, but for intensive production to be simpler, today an increasingly large part of coffee is grown in full light, often with intense deforestation, use of pesticides and water, and soil erosion.

A study in 2014 found that production today was at its worst in terms of environmental impactAgain, one can ameliorate these dire conditions if one chooses shade-grown coffee, certified as “Bird-Friendly,” or sustainably grown coffee certified as “Rainforest Alliance.” However, not all the cafes have yet bought into this movement.

4. Industrial Meat: the worst carbon footprint

We touched upon this subject a previous article (What is the most eco-friendly diet? The impact of our diet on the environment). Industrial meat is extremely harmful to the environment: meat and beef production contributes to deforestation and the production of greenhouse gases (notably methane). Beef and lamb in particular are the most harmful meats in environmental terms.

To choose a less polluting meat, patronize small farms, where the animals are raised in the open air and fed in pastures.

5. Palm Oil

palm oil environmental impact

Palm oil is used in the majority of the best-selling industrial sweet products, and a large number of prepared dishes. In fact, along with soybean oil, it is the most used oil in the food industry.

It is also particularly bad for the environment. WWF notes that palm oil production is directly responsible for:

  • Large-scale deforestation, especially in the primary forests of Indonesia and Malaysia

  • Destruction of the natural habitat of several endangered species

  • Erosion and soil depletion

  • Soil, water and air pollution

  • High greenhouse gas emissions (both indirectly as a result of deforestation, as well as directly from the processes of exploitation and transformation).

For palm oil also there are certifications, which are supposed to avoid deforestation. But unfortunately, according to the Friends of the Earth, these certifications are more a purchased membership than a standard of conservation, green production, carbon impact, or respect for human rights.

6. Soybeans

330 million tons of soybeans are produced every year in the world. 150 million tons of soybeans go towards the production of 30 million tons of soybean oil annually consumed (the most widely used oil in the world), another large portion is used to feed livestock, and the rest is used for the production of foods such as tofu, soybean shoots and other soy foods.

In addition to contributing to deforestation, the production of soybean oil requires the use of heavy industrial processes with large quantities of chemical solvents like hexane, which produces greenhouse gases and various forms of local pollution. Waste from oil production are used to feed livestock, but this contributes to increasing gastric methane emissions, especially from cattle. Finally, the production of tofu and other soy proteins is not an environmentally harmless process either.

7. Mineral Water (and their bottles)

Mineral water has the image of being a healthy and natural food. The French adore this drink; they buy about 5.5 billion bottles each year. But if we factor in plastic bottle in which this water is sold, things look bad. It not only takes about 3 liters of water to produce a 1 liter bottle, but also about 11 fluid ounces of oil. 50 billion bottles of water are sold every year in the world, and it is estimated that 17 million barrels of oil are burned annually to make these bottles. That’s the annual gasoline consumption of one million cars.

Industry experts estimate that 80% of plastic bottles sold worldwide are not recycled. Countless bottles end up as waste in natural environments and pollute these ecosystems, including the ocean. (For more info: pollution of the oceans to micro-plastics). Several studies have shown that bottled water contains more toxic residues than tap water in developed countries, and blind tests have shown that consumers cannot differentiate between mineral water and tap water. Therefore, this environmental catastrophe could be avoided easily in countries where running water is healthy and treated.

8. Our Favorite Fish, especially salmon

fish salmon overfishing environmental impact

In the list of foods that should be avoided if one is eco-friendly, seafood holds a distinguished place, and salmon is one of the fish species most harmful to the environment. Farmed salmon in particularly damaging culprit: 3 kg of wild fish are needed to make 1 kg of farmed salmon, and the antibiotics and chemicals used in the production spread into the water and contaminate the biodiversity. Bluefin tuna is also a fish to blacklist as it is endangered. These unsustainable circumstances are also the case of certain species of halibut or cod, sole, sea bream or grouper.

Our favorite fish are overfished, so they must be consumed in moderation because the decline in their populations can have an impact on the whole food chain and the marine ecosystem.

9. Rice and Other Popular Cereals

Cereal crops are also very harmful to the environment. Rice requires large amounts of water to grow properly (3400 liters of water for 1 kg of rice). The rice fields then release methane; 100 million tons of methane per year are linked to rice productionmaking it the largest producer of human methane in the world, even ahead of livestock production.

Cereals such as genetically modified corn are also considered hazardous because their effects on plant biodiversity and pollinators are not yet fully understood. Cereal and flour products are also found to have a strong impact on the environment and on water resources. For example, it takes 1,300 liters of water to make 1 kg of bread made from wheat flour. Even beyond these products, our favorite breakfast cereals contain cereals, sugar, palm oil, and maybe even chocolate, hitting many of the worst foods on our list.

10. Certains Fruits and Vegetables: not always green

Banana, mangoes and peaches are delicious and healthy, but they also require the most water and pesticides to grow in industrial quantities: 1200 liters of water for 1 kg of peaches, 800 liters for 1 kg of bananas, 1600 for mangoes or 3000 for dates. If you are looking for truly green fruits, you can turn to apples, pears, or oranges (when in season) because they require far fewer input.

As for vegetables, tomatoes, lettuce or cabbage are rather water and food-intensive, especially when produced in unfavorable climates. On the other hand, lentils or roots are very sensible from the environmental point of view. Overall, to decrease your environmental footprint, choose fruits and vegetables that have grown in a suitable environment in the appropriate seasons.

Are there solutions? What can we do?

At the end of this list, one may be left with the impression that everything one eats is bad for the environment, and this is not untrue: all that is produced has an impact on the environment. The question then is this impact sustainable? Eating industrial meat every day? No. Eating mangoes from the other side of the world, out of season? No. One must be sensible with foods that are extensively treated or processed and foods that required disrupting entire ecosystems to produce.

The majority of the environmental problems related to our diet come from the widespread industrial culture. The solution may therefore lie in a transformation of our agricultural model, and the transition from agro-industrial agriculture to agro-ecological agriculture, made up of small, diversified farms. For more information, see our article:

What if we replaced industrial agriculture with small agro-ecological farms?

small farms agro-ecology productivity hunger in the world


Credits picture : earth on a dish, chocolat, bread and chocolate, salmon on Shutterstock

  • Eric


    Article éclairant, merci!
    Peut-être rappeler que la bio est une des alternatives facilement identifiables pour le grand public.
    Pour prolonger le propos, cette récente brochure du Réseau Action Climat apporte également des chiffres et des visuels sympa : http://rac-f.org/Un-coup-de-fourchette-pour-le-climat

  • Guy Pascal-Barbot

    Un article qui débouche sur pas grand chose de concret. Il faudrait comparer aussi avec les autres consommations (pétrole, béton, chimie…). Vous proposez quoi à part les privations ? Quid de la démographie sur laquelle vous faites l’impasse ?

    • Clément Fournier

      Bonjour Guy Pascal-Barbot !

      Il faut être plus attentif ! Nous traitons de ces questions en permanence sur e-RSE.net ! Cet article avait simplement pour objectif de montrer quels aliments pesaient le plus lourd dans le bilan environnemental de notre alimentation ! C’est une question très importante puisque l’alimentation, avec 16% des émissions de CO2 des ménages, est le troisième poste le plus important de notre empreinte carbone juste derrière le transport et le logement.

      Mais nous comparons aussi régulièrement avec les autres consommations ! Mais comme il est impossible de tout traiter dans un seul article… voici ceux qui me viennent à l’esprit :

      Voici ici un article qui devrait vous intéresser sur l’impact environnemental du transport et des voitures individuelles notamment : http://e-rse.net/ville-sans-voiture-utopie-realite-20625/

      Ici, un article traitant de l’impact des questions d’urbanisme sur l’environnement (habiter en ville vs habiter à la campagne) : http://e-rse.net/faut-reinventer-ville-faire-transition-ecologique-19326/

      Ici une analyse de l’impact environnemental de notre utilisation du digital : http://e-rse.net/empreinte-carbone-internet-green-it-infographie-12352/

      Ou encore ici une analyse de l’impact environnemental de certains de nos loisirs (comme le football de haut niveau) : http://e-rse.net/euro-2016-impact-environnement-ecologie-20330/

      Si vous avez lu avec attention l’article ici présent, vous constaterez que nos recommandations en matière d’alimentation sont claires : réduire notre consommation de viande, réduire notre consommation de sucre, d’huile de palme, de riz et d’eau en bouteille. Au-delà de ces “privations” (que j’appellerai plutôt un retour à une consommation raisonnable), je pense qu’il faut aussi choisir des filières certifiées pour le chocolat, le café, les poissons et même les viandes, afin de consommer des aliments produits dans des conditions favorables.

      Vous trouverez par ailleurs plus d’informations à ce sujet sur les articles qui sont indiqués en lien hypertexte dans le corps de cet article, notamment celui-ci, qui décrypte plus en détail l’impact environnemental de notre alimentation et donne plusieurs recommandations pour réduire cet impact : http://e-rse.net/regime-alimentaire-ecologique-vegetarien-omnivore-19772/

      Quant à la démographie, effectivement c’est une question importante, mais qui ne change rien sur le fond de cet article. Si la population reste stable, ces aliments continueront à poser problème de la même façon, et si elle augmente, ils poseront les mêmes problèmes mais de façon encore plus importante ! Concrètement, selon les projections actuelles, la planète devrait se mettre à stagner autour de 9 milliards d’individus (soit 1.5 milliard de plus qu’aujourd’hui). Vous noterez d’ailleurs que j’évoque ce chiffre en fin d’article ! Et avec 9 milliards de personne sur terre, il faudra faire encore plus attention avec ces 10 aliments.

      En espérant que ces petites précisions vous aident à mieux comprendre !

  • Carolyn Ward

    “il faut 3400 litres d’eau pour faire pousser 1 kg de riz” je suis completement d’accord on consume trop des produits , je mange BIO quand je peux , mais je suis interessé comment l’eau est utilisé sur toutes les produits car enfin les produits sont sec or contient pas beaucoup de l’eau donc c’est ou apres le production ? encore dans l’atmosphere ou les ruisseaux , la mer car ce n’est pas possible disparue de la monde ? cdt

    • Clément Fournier

      Bonjour Carolyn,

      C’est une question intéressante. Il y a trois choses à savoir à ce sujet.

      1) Vous n’êtes pas sans savoir que les êtres vivants sont majoritairement composés d’eau : on dit souvent que le corps humain est composé à 65% d’eau. Pour les plantes, ce chiffre est généralement plus élevé (jusqu’à 90% pour certaines plantes). Pour le riz par exemple, quand la plante pousse, les tiges, les feuilles, les racines, sont constituées d’eau et doivent “consommer” de l’eau afin de pousser. Certes, le grain de riz est sec, mais il ne représente qu’une partie de la plante ! Et puis il faut savoir que lors de la croissance d’un végétal, les sucres et amidon dont est constitué le végétal sont synthétisés à partir des molécules d’eau et de CO2. D’une certaine façon, la plante “consomme” donc de l’eau.

      2) Mais il est vrai également qu’une bonne partie de l’eau utilisée dans l’irrigation du riz n’est pas “absorbée” par la plante. Elle se retrouve soit dans les sols par percolation, soit dans l’air via l’évaporation. En théorie, cette eau ne disparaît donc pas. Mais cela pose tout de même problème car on transforme une eau douce accessible, potable, en eau inaccessible (dans les sols ou dans l’air), et parfois non potable (car il y a contamination avec des pesticides, herbicides ou autres biocides utilisés dans l’agriculture). Dans l’absolu, le problème n’est donc pas que l’eau “disparaisse”, mais qu’elle soit temporairement inutilisable, et qu’il faille donc des coûts pour l’exploiter et la réutiliser.

      3) Si on extrapole, on peut dire que chimiquement, l’eau ne disparaît jamais de la terre : l’eau que l’on boit ou celle que l’on utilise pour la cuisine, ou même celle que l’on utilise dans les centrales nucléaire, cette eau existe toujours, quelque part. Elle finit toujours par revenir à son cycle naturel, mais elle est parfois altérée et c’est là que réside le problème. L’eau utilisée dans une centrale nucléaire ne disparaît pas, mais elle peut-être contaminée par des résidus radioactifs ! En matière d’agriculture, le problème est similaire : certes, l’eau ne disparaît pas, mais elle peut-être polluée. Et en attendant, si ces milliers de litres d’eaux sont utilisés pour produire du riz, ils ne sont pas utilisés pour produire autre chose. C’est aussi là que réside le problème : ne vaut-il pas mieux privilégier des cultures moins gourmandes ? C’est un débat à plusieurs facteurs auquel je ne peux pas répondre !

      En espérant vous avoir aidé !

      • Carolyn Ward

        Rebonjour , j’ai justement tombé sur votre reponse , merci beaucoup! oui ca aide bien , donc je va continue contre le surconsomation , les pesticides et pollution encore merci , cordialement Carolyn

  • Catherine Del

    Mouais… un peu simpliste quand même…
    1/ le soja… c’est dit dans l’article, il est produit principalement pour l’élevage, donc ce n’est pas la consommation de tofu qui pose problème, mais celle de viande/poissons nourris au soja…

    2/ Oui la culture de riz émet du méthane mais cette émission est un peu plus forte pour l’élevage surtout si on inclut la gestion des déchets de l’élevage (70 versus 78 millions de tonnes)… c’est proche mais pourquoi ne parler que du riz…

    3/ Les fruits et légumes consommateurs d’eau ??? 800 pour les bananes, ça me paraît énorme, j’ai toujours vu 300-400 mais soit… 800 pour 1 kg de banane, 16 000 pour 1 kg de boeuf, 5000 pour 1 kg de porc, 200 pour UN oeuf

    C’est sûr qu’il faut faire attention et préférer manger bio et local quand c’est possible, mais si déjà tout le monde limitait sa consommation de viande on ferait déjà un énorme pas en avant.

    • Clément Fournier

      Bonjour !

      En fait pour le soja, c’est beaucoup plus complexe que ça car il est d’abord utilisé pour l’alimentation humaine (huile de soja) puis les restes issus de ces processus industriels sont utilisés pour l’alimentation animale. Donc la culture du soja sert avant tout à produire les 45 millions de tonnes d’huile de soja qui servent dans l’alimentation humaine (c’est l’huile la plus consommée dans le monde avec environ 26% de la consommation d’huile). Donc la problématique n’est pas si simple que : soja = bétail, au contraire. D’autant plus qu’en France, le bétail est nourri à 60% à l’herbe et le reste en majorité des céréales (assez peu de soja au final). En revanche aux Etats-Unis, la part du soja est beaucoup plus élevée.

      Pour le point 2), il ne s’agit pas que du riz, je parle d’ailleurs de la viande en début d’article. Néanmoins, les données de la FAO sur le méthane suggèrent que le riz, comme le bétail, représentent chacun entre 20 et 25% des émissions de méthane de l’agriculture, avec une courte tête d’avance pour le riz (qui est la nourriture la plus consommée dans le monde).

      Pour le reste, il est assez difficile à mon avis de comparer riz, viande, banane ou oeuf en termes écologiques étant donné que leurs rôles nutritifs sont très différent. Par exemple, certes si un oeuf nécessite 200 l d’eau (info que je n’ai pas vérifiée, je vous crois donc sur parole) c’est beaucoup d’eau : environ 3200 litres par kg d’oeuf, soit 4 x plus que pour 1 kg de banane. Mais d’un autre côté, il faudrait manger environ 13 kg de bananes pour avoir autant de protéines que dans 1 kg d’oeuf… Donc la comparaison n’a pas de sens : on ne mange pas de banane pour la même raison que l’on mange un oeuf. Et par essence, l’apport en protéines est toujours celui qui est le plus coûteux en termes environnemental (que ces protéines soient d’origines végétales ou animales, lentilles mises à part).

      En tout état de cause, l’objectif de cet article était surtout de montrer que chaque aliment que l’on consomme a ses impacts environnementaux à son niveau : des légumes à la viande en passant par le sucre ! Finalement, il n’y a bien que les lentilles qui sont l’aliment écologique quasi-parfait : nutritives, riches en protéines, et pourtant très écolo !

      • marjorie


        je me demande d’où vient ce chiffre de 200 pour un oeuf?

        pour le reste, je n’en ai aucune idée, mais ayant des poules, je me pose vraiment la question pour ce “200”?

        • Clément Fournier

          Bonne question. Comme je le dis dans le commentaire je n’ai pas vérifié le chiffre donc je ne sais pas quelle en est la source ni même s’il est exact.

          Ce que je peux dire c’est que si l’étude qui a produit ce chiffre est sérieuse, elle porte probablement sur les oeufs produits de façon industrielle. Dans ce type de processus, il y a non seulement plus d’intrants que pour une poule domestique (qui mange peu et surtout des restes), mais aussi plus de processus (lavage des oeufs, traitement, packaging, puis transport, conservation…). Donc l’utilisation d’eau et d’énergie peut monter assez vite car l’échelle de production est plus importante !

          En espérant que cela aide.

  • Jérôme

    L’article est plutôt bien écrit mais pour les personnes qui n’y connaissent pas grand chose à l’agriculture ou à l’élevage ils vont se dire que ce n’est finalement pas très bien de manger du riz ou du soja alors que comparé à la viande les productions végétales ont un randement (rapporté à la protéine consommée et à l’usage de l’eau) qui est incroyablement plus avantageux. De plus les mauvaises cultures de soja (pesticides et eau) le sont essentiellement pour l’élevage industriel donc pas grand chose à voir avec la consommation humaine directe de soja ou de tofu.

    Vous devriez faire une mise à jour dans votre article pour mettre les comparaisons sur chacun des points avec ce que consomme 1kg de viande de bœuf par exemple en eau et équivalent CO2 ça permettrait à vos lecteurs d’avoir une juste lecture je pense. Et aussi de faire les bons choix dans leurs courses de tous les jours.

    Merci et bonne journee

    • Clément Fournier

      Merci de votre commentaire,

      Le problème justement c’est que les choses ne sont pas si simples que ça en matière d’alimentation. Tout dépend de facteurs comme les méthodes d’élevage / de culture, l’importation ou non, produit transformé ou non…

      A ce sujet, une étude néerlandaise assez complète a été menée pour comparer l’impact environnemental des protéines animales contre les protéines végétales, et les résultats sont plutôt contrastés par rapport à ce que j’aurais pensé sur le sujet. Ainsi, l’étude montre qu’aux Pays-Bas, le tofu a une empreinte carbone par kg équivalente à celle du poulet (élevé dans le pays) (2.5kg de CO2 par kg de tofu contre 2.8 kg de CO2 par kg de poulet). Si l’on considère qu’il y a en moyenne entre 8 et 12 g de protéines par kg de tofu, et entre 20 et 27 g de protéines par kg de poulet, on se retrouve avec un impact carbone inférieur pour le poulet en termes de CO2 émis par gramme de protéines ingéré.

      Une chose est sûre : boeuf et agneau sont les aliments les moins écologiques en termes d’apport de protéine / CO2 émis. Et encore, là encore cela dépend du mode d’élevage : un boeuf français aura un impact moins important que le boeuf américain, car en France, l’herbe et le foin sont les principales source alimentaires du bétail.

      Mais si l’on regarde d’autres viandes comme le poulet, voire le porc (élevé dans des conditions favorables) le ratio n’est pas si évident en comparaison avec les sous produits du soja. Et encore, si l’on regarde des viandes comme le lapin, le canard, le pigeon, ou les gibiers, on se retrouve avec des empreintes carbones largement inférieures aux animaux d’élevage les plus communs. Et si l’on compare avec des aliments comme le maquereau, le colin ou le hareng, le constat est encore plus fort. La conclusion de l’étude était donc que remplacer toutes les protéines animales par des substituts végétaux était parfois négatif en termes écologiques, selon la provenance du soja utilisé, la provenance des produits animaux (même si globalement, cela reste intéressant quand on compare au boeuf, à l’agneau et au porc, surtout élevés de façon industrielle).

      Ensuite, concernant le soja, encore une fois, il faut remettre en cause le mythe du soja “utilisé pour l’alimentation animale”. Le premier usage mondial du soja, c’est la fabrication de l’huile de soja, utilisée dans l’agro-alimentaire, notamment les huiles de friture et les margarines. C’est le sous-produit restant après l’extraction de l’huile qui est utilisée pour le bétail.

      Au final, il est très compliqué de tirer des conclusions péremptoire en termes de comparaison d’aliments car :
      1) tout dépend du mode de culture et d’élevage considéré, ainsi que de l’espèce observée.
      2) tout dépend de la provenance du produit (est-il importé ? Par avion ou par cargo ?)
      3) tout dépend de la raison qui nous pousse à manger l’aliment considéré (par exemple, même si le saumon n’est pas l’aliment le plus écologique qui soit, il faut partie des seuls aliments riches en omega 3 complets, chose qui n’existe pas dans le règne végétal)

      Même si, je suis d’accord avec vous, dans la majorité des cas, privilégier les produits végétaux et réduire la consommation de viande (notamment le boeuf et l’agneau) sont les gestes les plus écolo que l’on puisse faire !

  • Damien Raballand

    Il manque l’aspect “environnement” dans le sens lieu de culture ou d’élevage dans votre article : pour un exemple local français : sur les plateaux du cantal ou la saison est relativement courte et l’eau pas forcément à profusion, l’élevage et le fourrage est beaucoup plus viable qu’une quelconque culture nécéssitant irrigation. En parlant de la quantité d’eau, c’est un peu pareil certain pays ne manque pas d’eau (le riz au Japon par exemple, ou la mangue dans les pays où elle est native) et donc la culture n’a pas autant d’impact qu’énoncé.

    Le pire reste les monocultures ou élevages industrielle “importé” (mouton en nouvelle zélande) où le coût écologique n’est plus à démontré, mais pour chaque production généralisé est dangereux pour le lecteur moyen qui ne connait que la ville ou ce qu’il lit à droite et à gauche.


  • Emandoria

    A propos de l’eau du robinet elle n’est pas non plus exempte de problèmes elle présente le défaut de contenir des traces de médicaments et autres substances qui n’ont rien à y faire pour une consommation journalière

    • Clément Fournier

      Il est en effet possible de retrouver des traces de médicaments et de pesticides dans l’eau du robinet. Néanmoins, il faut savoir que c’est un problème qui concerne absolument tous les types d’eau, y compris les eaux minérales dont la plupart sont contaminées. (http://www.europe1.fr/france/polluants-dans-l-eau-les-marques-concernees-1459689)

      D’autre part, l’eau en bouteille a de nombreux défauts en matière de contaminations, notamment le fait que les résidus de plastiques se dissolvent dans l’eau. Ce qui n’est pas le cas dans l’eau du robinet.

      Donc il est difficile de faire de cette info un critère de choix…

  • Remi

    Article très intéressant, bien que, beaucoup, BEAUCOUP d’amalgames, et un certain nombre de choses totalement fausses. Pouvez vous cependant citer vos sources, et si possible mettre en lien les bilans carbone avec éléments comparatifs.Merci.

    • Bonjour,

      Je ne pense pas avoir écrit quoi que ce soit de faux, et mes sources sont déjà citées, il suffit de cliquer sur les liens qui sont dans l’article. Mais n’hésitez pas à m’éclairer si vous pensez avoir identifié une erreur.

      Bonne journée

      • Remi

        Tout d’abord je tiens à vous remercier pour votre réponse.
        Loin de moi de vous éclairer personnellement, je tiens à souligner plusieurs choses, ne sachant pas quel parcours scientifique vous possédez, l’article ”10 aliments très populaires… et très nocifs pour l’environnement” m’a profondément choqué.
        Je vais donc éclaircir certains points, avec tout l’étonnement que votre article a généré en moi.
        Je le répète, ne le prenait pas personnellement. Veuillez m’excuser également pour mon niveau de français.

        Dans l’article, je cite :

        1) ”perdu 40% de leur teneur en carbone organique… Carbone qui se retrouve dans l’atmosphère et contribue au réchauffement climatique !”
        GROS RACCOURCI, Entre dioxyde de carbone, Carbone organique ”total” et carbone… il ne s’agit pas de la même chose, gros amalgame, surtout pour ceux qui ne connaissent pas.

        2) ”(qui en plus, est responsable de l’épidémie d’obésité en occident)”
        Je ne savais pas que l’obésité est une épidémie…bon, je l’accorde sous la “figure de style”, même si certaines associations seront très mécontentes, et que certains lecteurs vont vous pendre à la lettre.

        3) ”Le chocolat est une plante très compliquée, qui ne pousse que dans certaines zones autour des forêts équatoriales”
        Vous m’en direz tant, je ne savais pas que le chocolat est une plante!!!!!!!! (là, pas de figure de style accordée, désolé)

        4) ”Elle nécessite beaucoup d’eau (il faut 2400 litres d’eau pour faire 100 g de chocolat), un soin très particulier… ”
        Elle? La plante (le chocolat)? ou le process pour faire du chocolat (en même temps, pour vous il s’agit de la même chose, puisque le chocolat est visiblement une plante).

        5) Toujours au sujet du chocolat ”affecte la biodiversité locale (pensez aux Orangs-outans)”
        AH BON!!! (cela a été ma réaction avant même de lire votre source, n’ayant pas besoin de la lire pour savoir que c’est faux, je vous invites à la relire avec plus d’attention, vous faites encore un raccourci)
        Pas de chance cette ligne devrait être avec l’huile de palme, le cacaoyer (ou plante chocolat pour vous) n’est pas la cause de la disparition de l’habitat des ”Orangs-outans” mais l’huile de palme ouiiiii!!!!
        D’ailleurs le principal touché n’est pas l’Indonésie mais Bornéo partagée entre Malaisie et Indonésie (et Brunei). Cependant l’Orang-outan s’en sort mieux que le rhinocéros blanc de Sumatra en totale extinction ( compté au nombre de 1 aujourd’hui sur l’ile,difficile pour la reproduction).

        6) ”(notamment l’impact carbone, ou le respect des droits de l’homme)”
        Quel est le sujet de l’article? pourquoi “droits de l’homme” ne concerne que la culture de l’huile de palme? En quoi cela impacte le bilan carbone?

        Et puisque l’on s’écarte de plus en plus du sujet, j’en viens A :
        “7 – L’eau minérale : l’impact environnemental des bouteilles en plastique”
        Alors soit on pointe du doigt l’impact sur l’environnement causé par la production alimentaire soit on pointe du doigt l’emballage… En quoi pour l’eau, et non pas les autres aliments cités précédemment, son conditionnement (là vous ne parlez que de la bouteille en plastique,certainement P.E.T, je présume) rentre en compte dans la balance???
        Votre sources citée (car il en a qu’une) est issue d’un blog, non pas d’une revue scientifique APPROUVÉE, qui parle en particulier des ÉTATS UNIS qui :
        -Consomme 6 fois plus d’eau en litres par jour et par habitant que le reste du monde.
        -N’ont pas une eau potable partout, bien que ce soit un pays “développé”. Certaines eaux ont des taux d’Arsenic très élevée. Je rappel que les teneurs en “résidus toxique”(pour reprendre vos termes) pour la santé ne sont pas les même entre l’Europe et les États Unis d’Amériques. (les américains sont bien moins draconiens que l’Europe)
        – Enfin j’aime l’image de ce chère Monsieur de comparer l’eau au pétrole (ressources certainement plus intéressante pour les américains), j’aimerais savoir leur consommation et la pollution occasionné par leurs moteurs V6 et V8. Ainsi le fait d’importer du pétrole (obtenus avec des conflits armées) alors que leur sol en regorge.
        Le cycle, lois, circuits, éducation,consommation, problématiques liés à l’emballage aux États Unis sont bien différents des lois européennes et des autres parties du monde.
        Ainsi que l’éducation, et la responsabilité de chacun qui serait certainement un premiers pas pour ne pas retrouver une bouteille d’eau dans un champs mais dans une poubelle.
        Et je tiens à vous rappeler que votre article concerne la production alimentaire et non pas son emballage, ou alors pourquoi ne pas avoir parlé de l’aluminium pour le chocolat par exemple??
        Je tiens à souligner que aujourd’hui dans le monde et plus particulièrement en Europe d’énorme progrès ont été fait sur le conditionnement de l’eau. Et cela n’a jamais représenté l’élément le plus polluant de la planète.

        8) “Les experts du secteur estiment que 80%”
        Source??? Chiffre??? “Experts du secteur” qui sont ils? Quel secteur? Brouillard complet. Écran de fumée.

        9) “Sachant que plusieurs études ont montré que l’eau en bouteille contient plus de résidus de produits toxiques que l’eau du robinet dans les pays développés”
        Ah bon? quel pays? “Études” de qui,où? Et surtout avec combien de correctif chimique pour éliminer les ”résidus de produits toxiques”?

        10) ”les tests à l’aveugle montrent que les consommateurs ne font pas la différence entre l’eau minérale et l’eau du robinet au niveau du goût…”
        Monsieur la plupart ne font pas la différence entre un vin de Loire et un Bordeaux même avec la bouteille sous les yeux. De plus le test est effectué aux États Unis, une fois de plus vous généralisé.

        11) Cependant, j’ai un faible pour votre réponse suite à un commentaire justifié :
        “D’autre part, l’eau en bouteille a de nombreux défauts en matière de contaminations, notamment le fait que les résidus (vous adorez le terme “résidus”) de plastiques se dissolvent dans l’eau. Ce qui n’est pas le cas dans l’eau du robinet.”
        Alors M. Fournier, si vous pensez que l’eau ce téléporte dans votre robinet sans passer par aucune canalisation, réservoir ou même le conduit de votre robinet… vous planez.

        12) Merci d’écrire en dessous “Donc il est difficile de faire de cette info un critère de choix…”
        Avec tout le respect, c’est de votre argumentation, j’ose espérer,dont vous parlez.

        Je ne vais pas trop parler du soja et du riz, certaines personnes ont déjà fait beaucoup de remarques dessus et ont signalé l’article comme”chaque production généralisé est dangereux pour le lecteur moyen” ou “Mouais… un peu simpliste quand même… ”
        M.Fournier le chiffre que j’ai est :
        Pour 1kg de riz en culture “inondée” (et oui car il existe d’autre type de culture de riz) il faut 5000l d’eau. Je peux citer ma source, une que vous ne citer pas dans votre article, mais je vous recommande grandement d’aller voir chez … la F.A.O (Food and Agriculture Organization of the United Nations)
        Ce type de culture est généralement, et en très très grande partie dans des pays ayant la mousson, je vous recommande d’aller dans l’un de ces pays durant la mousson, je vous recommande néanmoins de prendre de bonne BOTTES.
        De plus aujourd’hui le riz alimente à près de 100%, une partie de la population mondiale, si vous avez une solution aujourd’hui pour remplacer cette denrée alimentaire, qui supporte le transport (en terrain difficile) et ce conditionne aisément, supporte les chocs thermiques, à une durée de vie confortable et un coup bas, je suis sur que vous pouvez transmettre vos idées aux aides humanitaires.

        13) “La banane, les mangues ou les pêches ? Ils sont délicieux, certes, mais ce sont aussi les fruits qui demandent le plus d’eau
        et de pesticides pour pousser en quantités industrielles. 1200 litres
        d’eau pour 1 kg de pêches, 800 litres pour 1 kg de bananes, 1600 pour
        les mangues ou encore 3000 pour les dattes”
        Là encore une erreur de lecture et d’interprétation, je vous invite à retourner lire le rapport, et de regarder juste à droite du tableau où vous avez copier les valeurs. Le titre du paragraphe est “New CONCEPTS” et que les chiffres que vous donnez sont le résultat d’une ADDITION expliquer JUSTE à la gauche des valeurs. Je comprends donc l’étonnement de certains lecteurs concernant les valeurs que vous écrivez sans même les expliquer car je ne suis pas sur que vous ayez compris l’objet de ce CONCEPT de calcul.

        14) “Ainsi, l’étude montre qu’aux Pays-Bas,”
        S’il vous plait, renseignez
        vous avant de prendre un exemple et de le tourner à la généralité… les
        Pays Bas ont l’agriculture la plus efficiente, vous ne pouvez pas
        prendre le pays le plus haut dans ce domaine pour une généralité, (même cas avec l’eau et les États Unis appliqué au monde et à la France)
        comparez vos études, sources, données….

        footprintDe plus entre 2.5 et 2.8 cela fait 0.3 de différence soit près de 10% d’écart pour 1 kg, ce n’est pas “équivalent”, n’y même proche.
        Essayez de voir cela avec vos impôts si scientifiquement ça ne vous parle. je serai surpris que si vous passé 2.5 à 2.8 d’augmentation, le mot équivalent vous viennes à la bouche.

        “Bonne question. Comme je le dis dans le commentaire je n’ai pas
        vérifié le chiffre donc je ne sais pas quelle en est la source ni même
        s’il est exact.
        Ce que je peux dire c’est que si l’étude qui a
        produit ce chiffre est sérieuse”
        Ce que je peux dire, c’est que vous aurez mieux fait de ne pas écrire
        de chiffre du-tout, ceci n’est pas sérieux.

        15) Enfin la solution tout aussi utopique que le problème du riz…
        solution réside donc peut-être dans une transformation de notre modèle
        agricole, et le passage d’une agriculture agro-industrielle à une
        agriculture agro-écologique, constituée de petites fermes diversifiées”
        exercices de maths, population mondiale divisée par les surfaces encore
        cultivable sans les surexploiter,ET SURTOUT en zone géographique
        permettant une autosuffisance… Bon courage.
        Si vous voulez supprimer le riz, ou en
        réduire grandement la culture, parce que c’est un “aliment nocif pour l’environnent”, comme vous avez l’air de l’expliquer , j’ai
        bien peur Monsieur, que un grand nombre d’habitant de cette planète vont
        devoir mourir.

        En recherchant un article scientifique ou journalistique sérieux sur le bilan carbone des aliments, je suis malheureusement tombé sur votre article. Comme signalé par certains lecteurs, dans leur remarques, la façon dont vous écrivez l’article et le peux de sérieux accordé à la synthèse de vos sources,ou même à leur sérieux, font de celui-ci un article non sérieux et pouvant être très mal interprété. je me demande combien de personne penses aujourd’hui que le chocolat est une plante.

        Je comprends mieux d’où sortent certains discours infondés ou partiels que je rencontre dans la vie régulièrement.



        • Merci pour votre long commentaire. Voici mes réponses.

          1) En effet, lorsqu’un sol voit sa teneur en carbone diminuer, c’est en partie parce qu’une partie de ce carbone est renvoyé dans l’atmosphère. Ce phénomène est largement discuté et expliqué dans la littérature scientifique, depuis plusieurs années maintenant et je ne prétends pas ici expliquer ni la finesse des mécanismes ni précisément l’ampleur de ce phénomène. Je le précise simplement à titre informatif. Pour plus d’infos : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0009281916300551

          2) Désolé que cette figure de style, par ailleurs utilisée également par les experts de l’Organisation Mondiale de la Santé, vous ait choquée. http://www.who.int/nutrition/topics/obesity/en/

          3) Je vous l’accorde. J’aurais du écrire cacaoyer. J’espère que cela n’a pas trop bloqué la compréhension du lecteur.

          4) Elle, la plante, oui, pour l’essentiel. Selon le Water Footprint Network, c’est essentiellement la culture de la fève qui concentre les impacts eau du chocolat (jusqu’à 97% de l’impact pour la seule pâte de fèves de cacao). Auriez-vous voulu que je donne le détail en % de chaque étape du cycle de vie ? Cela aurait-il apporté réellement quelque chose au lecteur quant à l’impact environnemental du chocolat ?

          5) Je n’ai jamais écrit que le cacaoyer ou le chocolat étaient responsable de la disparition de l’orang outan. J’ai écrit que “La déforestation dans ces zones (Côte d’Ivoire, Ghana, Indonésie) affecte la biodiversité locale (pensez aux Orangs-Outans).”. La déforestation. Or en Indonésie (et à Bornéo en particulier), la déforestation est causée par la culture de l’huile de palme, certes, mais également par celle, de plus en plus importante du cacaoyer. L’Indonésie est aujourd’hui le plus gros producteur asiatique de cacao. Selon le rapport Mighty Earth sur le sujet, entre 1988 et 2007, environ 9% de la surface déforestée pour des raisons agricoles en Indonésie était liée à la culture du cacao. Je cite le rapport “Much of this deforestation has destroyed orangutan, rhino, tiger, and elephant habitat.” Et la source : http://www.mightyearth.org/wp-content/uploads/2017/09/chocolates_dark_secret_english_web.pdf

          6) Le sujet de l’article est l’impact environnemental de certains aliments populaires. Les droits de l’homme sont un complément informatif que ma liberté éditoriale m’autorise (je crois) à donner.

          7) Mon article parle de l’impact environnemental de certains produits alimentaires. Je ne vois pas pourquoi je me priverai dans ce contexte de parler de leurs emballages, surtout lorsqu’ils représentent une part si importante de leur impact environnemental justement. L’eau en bouteille étant particulièrement significative à ce titre, il est parfaitement légitime de l’évoquer. Désolé si ça ne vous convient pas mais en l’occurence c’est mon choix. Quant à la source, elle renvoie bien vers un blog, qui lui même liste des sources comme le Pacific Institute. Mais si ces sources ne vous conviennent pas, je peux aussi évoquer Ertug Ercin, ingénieur environnemental du Water Footprint Netwok, spécialisé dans l’empreinte eau des bouteilles en plastique, qui évoque quant à lui un chiffre supérieur. Je cite “three liters of water might be used to make a half-liter bottle.”
          Pour le reste, mon propos n’est pas de discuter du mode de vie des américains, de leur consommation d’eau ou encore des moteurs de leurs voitures, c’est de parler, factuellement de l’impact environnemental de l’eau en bouteille. Précisément de son empreinte eau, de son empreinte carbone et de son empreinte sur les ressources fossiles. Le reste, c’est hors sujet.

          8) Ce sont des estimations largement reconnues, basées notamment sur les travaux de la fondation Ellen McArthur, fondation reconnue sur les questions d’économie circulaire. Je m’excuse de ne pas l’avoir mentionné comme source : https://www.ellenmacarthurfoundation.org/assets/downloads/EllenMacArthurFoundation_TheNewPlasticsEconomy_Pages.pdf. En France, où le taux de recyclage est parmi les meilleurs au monde, les bouteilles PET ne sont recyclées qu’à 60%.

          9) Plusieurs études ont montré ça. Une étude Allemande de 2014 (http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0072472 ), un rapport EWG (https://www.ewg.org/news/news-releases/2008/10/15/harmful-chemicals-found-bottled-water#.Wq-EZ5POV24 ), ou encore plus récemment, l’étude Orb Media publiée la semaine dernière (https://www.prnewswire.com/news-releases/new-orb-media-reporting-finds-microplastics-in-global-bottled-water-300612012.html ).

          10) Et donc ?

          11) Soit, et alors ? Plus de 55% des canalisations d’eau en France ne sont pas en plastiques, premièrement. Cela pose d’autres problèmes mais ça ne change rien à ma réponse, qui est que la contamination aux plastiques est plus faible pour l’eau du robinet que pour l’eau en bouteille. En général, même lorsqu’elle voyage dans des canalisations en PVC, l’eau du robinet n’y stagne pas pendant des jours avant d’être dégustée. Résultat, plus de plastique dans l’eau en bouteille que dans l’eau du robinet. https://www.sciencesetavenir.fr/sante/l-eau-en-bouteille-deux-fois-plus-contaminee-par-des-particules-de-plastique-qu-au-robinet_122059

          12) Respect ? Difficile pour vous d’en parler vu le ton employé, mais ce n’est pas grave.

          Pour le riz (c’est un 13), du coup, j’imagine ?), pas de bol, l’étude que je mets en source utilise les données de la FAO justement. Et effectivement si la conclusion est que dans certaines régions cela pose un stress relativement mineur sur la ressource en eau, il est également indiqué que dans d’autres régions cela peut poser problème. Pour le reste, je vous renvoie à ma conclusion : je ne dis nulle part qu’il faut arrêter de manger l’un ou l’autre de ces aliments. Simplement qu’il faut être vigilant et modérer sa consommation globalement.

          13) Les chiffres sur ces fruits concerne leur empreinte eau. J’aurais donc effectivement du écrire, “ce sont aussi les fruits qui demandent le plus d’eau et de pesticides pour être produits en quantités industrielles” plutôt que “ce sont aussi les fruits qui demandent le plus d’eau et de pesticides pour pousser en quantités industrielles”. Mea culpa pour cette petite coquille.

          14) “L’étude montre qu’aux Pays-Bas …” . C’est tout ce que j’ai dit. Je n’ai jamais dit que c’était généralisable. C’est une simple indication pour montrer qu’à taux de protéines équivalent et à modes de productions équivalents, les choses ne sont pas si simples que l’on peut parfois l’entendre.

          14 bis) Oups. Ce n’est pas moi qui ai mentionné ce chiffre mais une personne ayant commenté l’article. En tout étant de cause, ne connaissant pas sa source, je ne peux rien répondre d’autre que “je n’ai pas vérifié le chiffre donc je ne sais pas quelle en est la source ni même s’il est exact”.

          15) Vous spéculez je n’ai jamais dit qu’il fallait supprimer le riz ni aucun autre aliment.

          Bref, je pense avoir répondu à vos objections. Je vous remercie malgré tout d’avoir pris le temps d’écrire ce commentaire. Comptez sur moi pour corriger mon abus de langage sur le cacao / cacaoyer / chocolat, je ne voudrais pas que mes lecteurs croient que le chocolat est une plante, et j’espère ne pas avoir induit en erreur trop de monde à ce sujet. Et je rajouterai bien toutes mes sources. Désolé pour ça.